Sém. Epistémè – PEARL, 26 janv., Andrew Hiscock, Shakespeare’s ‘Troilus and Cressida’, 18h30

Séminaire Epistémè – PEARL (salle 15, Institut du Monde anglophone) ATTENTION, Horaire exceptionnel, 18h30-20h30 Thème annuel : « Les sens et la construction du genre » Conférence de Prof. Andrew Hiscock (Bangor University) « Never go home; here starve we out the night »: Shakespeare’s Troilus and Cressida and the Gendering of Space » Entrée libre

Sém AGON – Epistémè-PEARL, 7 nov. 2014, G. Venet, 16h-18h

Séminaire conjoint avec le séminaire « AGON » (Paris-Sorbonne, responsable Alexis Tadié)  (thème: Les Disputes européennes):

Intervention de G. Venet,

«Giordano Bruno – la perfidie du dialogue comme outil privilégié d’un querelleur »,

Maison de la recherche, Paris-Sorbonne, 28 rue Serpente, salle D421.

Entrée libre

SEM: Séminaire AGON : Histoire et poétique des querelles en Europe, Paris-Sorbonne

Programme 

Maison de la Recherche, 28, rue Serpente, 75006, 16h-18h, D 421

Vendredi 7 novembre :

Gisèle Venet (Université Paris-Sorbonne Nouvelle-EPISTEME-PEARL) : ‘Giordano Bruno – la perfidie du dialogue comme outil privilégié d’un querelleur’

(séance commune avec le séminaire EPISTEME-PEARL, EA 4398)

Vendredi 14 novembre :

Marion Brétéché (CRM – GRIHL/EHESS) : ‘Cabale dans la librairie. Polémiques journalistiques et prolétariat de plume à La Haye dans les années 1730’

Vendredi 5 décembre :

Héloïse Hermant (Université Sophie Antipolis) : ‘Une querelle peut en cacher des autres: agôn, création et reconfiguration politique et culturelle dans la polémique contre les validos de Mariana de Austria (1668-1677)’ Lire la suite

Sém Epistémè-PEARL: Conférence d’A. Fennetaux (Paris 7), « Objet d’étude / Etude d’Objet: l’exemple de la poche », Paris 3

Lundi 23 juin, 17h, salle 16, Institut du Monde anglophone, 5 rue de l’Ecole de Médecine, 75006 Paris

Conférence d’Ariane Fennetaux (Paris Diderot) : « Objet d’Etude / Etude d’Objet: L’Exemple de la poche ».
La conférence commencera à 17 h précises.
Bien cordialement,
L. Cottegnies et A.-M. Miller-Blaise

Sém CREA XVIII-PEARL, 17 mai

Samedi 17 mai, à 10h30, à l’Institut du monde anglophone, 5 rue de l’Ecole de médecine, Paris 6e, en salle 12

Patrick Farges, Maître de conférences à la Sorbonne nouvelle, présentera un exposé intitulé

« La genèse d’un modèle de masculinité bourgeoise (histoire sociale, histoire culturelle) »

Entrée libre

Conférence, Paul Dyck, « Little Gidding », 17 mars, 17h-19h.

Epistémè-PEARL a le plaisir de vous inviter à une conférence dans le cadre de son séminaire, le 17 mars prochain, de 17 h à 19 h, Salle précisée ultérieurement:

Paul Dyck (Canadian Mennonite University)

« Remaking the printed book: cutting and pasting the Gospel at Little Gidding, 1630-40 »

(Visiting Fellow, 2013-14,St. John’s College, University of Manitoba)

 

SEM: CREA XVIII – PEARL, « Masculin-féminin », 2014-15

En 2014-15, le séminaire du CREA XVIII poursuit ses activités autour du thème de «Masculinité et féminité ». En 2013-2014, les exposés ont eu une visée essentiellement théorique, dépassant le plus souvent les limites du XVIIIe siècle. Cette année, nous nous concentrerons sur le XVIIIe siècle, anglais et français.
Le séminaire se tient un samedi par mois, à 10h30, en salle 12 de l’Institut du monde anglophone, 5 rue de l’Ecole de médecine, Paris 6e.
– 13 décembre 2014, Colloque international sur « Sensationalism, Sensuality and Sensibility in Eighteenth-Century Great Britain ».

– Samedi 24 janvier 2015, Lucien Bély, Professeur d’histoire moderne à l’Université Paris-Sorbonne, « Secret d’un être, secret d’Etat : le Chevalier d’Eon »

– Samedi 14 février 2015, Guyonne Leduc, Professeur à l’Université de Lille Charles de Gaulle, « Traversée des apparences et travestissement féminin : entre sexe et genre dans quelques récits de femmes soldats au XVIIIe siècle »

– Samedi 14 mars 2015, Catriona Seth, Professeur de littérature et d’histoire des idées à l’Université de Lorraine (Nancy), « La représentation de soi—des hommes et des femmes—dans les mémoires, journaux et tableaux du XVIIIe siècle

– Samedi 11 avril 2015, 
 Michèle Cohen, Professeur émérite à l’Université de Richmond, Royaume-Uni, « ‘Natural Graces, Natural Genius’ : gender and ‘accomplishments’ in eighteenth-century England’ »

– Samedi 30 mai 2015, Claire Boulard, Maître de conférences à la Sorbonne nouvelle, « Essai périodique et féminité au XVIIIe siècle »

– Juin 2015, Visite des nouvelles salles d’objets d’art du Musée du Louvre (date à préciser)

Contact : Isabelle Bour <Isabelle.Bour@univ-paris3.fr

 

SEM: « La réception d’Horace à l’âge moderne », ANR – Paris 3

« La réception d’Horace à l’âge moderne :  Imitations, traductions et paraphrases »

Les séances ont lieu de 10h à 12h dans la salle Max Milner, 17 rue de la Sorbonne, esc. C, 2e étage.

Samedi 25 janvier – N. Dauvois : « Imitation, paraphrases et traductions, XVIe-XVIIe, le cas Horace : état de la question » Lire la suite

SEM: « La tragédie et ses marges: Penser le théâtre sérieux en Europe », Nantes-Sorbonne

Séminaire : « La tragédie et ses marges. Penser le théâtre sérieux en Europe (XVIe-XVIIe siècles) »

Florence d’Artois (Université Paris-Sorbonne) et Anne Teulade (Université de Nantes, IUF)

Nous proposons de réfléchir sur les diverses formes du théâtre sérieux dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles. S’il est évident qu’il n’existe pas en Europe un modèle unique de tragédie, nous ne souhaitons pas aborder directement la question de ses réalisations variées et de ses différentes théorisations, explicites ou implicites. Il s’agirait de déplacer la question en interrogeant les infléchissements de la tragédie par des sujets qui en modifient le sens, ainsi que les genres qui s’élaborent à côté d’elle tout en présentant une parenté avec son fonctionnement, ses effets ou ses sujets. Nous pensons par exemple aux pièces à matière religieuse ou portant sur l’histoire contemporaine, aux pièces à fable mythique, aux formes allégoriques, aux tragi-comédies à sujet politique, etc.

Nous tenterons de comprendre comment ces réalisations alternatives au modèle dominant de la tragédie (néo-aristotélicienne ou non), s’écrivent et se pensent quand le champ théâtral est encore polarisé par l’idée que la tragédie constitue le genre dramatique noble par excellence. Lire la suite