Atelier Baroque noir

Anthologie du Baroque noir européen

Poèmes français et européens (1550-1650)

Dans le cadre de deux ateliers — l’atelier « Traduction » et l’atelier « Poésie » — actifs au sein du groupe de recherches EPISTEME, un nouveau projet de publication collective s’élabore : celui d’une anthologie poétique, provisoirement intitulée Anthologie du baroque noir en Europe, qui inclurait des textes poétiques issus dans la mesure du possible de toutes les cultures et langues de l’Europe baroque — en italien, espagnol, portugais, allemand, hollandais, dans les langues scandinaves et slaves, et bien sûr en français et en anglais — pour la période qui se situe très grossièrement entre les années 1550 et les années 1650, cette périodisation restant à délimiter plus finement tant le bornage en est fluctuant selon les conditions historiques et géographiques d’expression du baroque en Europe, en particulier lorsqu’il se déplace d’Ouest en Est.

On s’en tiendra à ce stade à l’esquisse minimale d’un projet pour laisser à nos collaborateurs futurs la possibilité d’y apporter leur propre sensibilité créatrice et critique et leur connaissance précieuse de la culture, de la langue et de l’époque – entre XVIe siècle et XVIIe siècle – dont ils sont spécialistes. Pour l’instant, on se contentera de ce simple constat initial : si on peut citer nombre d’études sur le baroque européen, il ne semble pas que la pléthore d’anthologies de poésie baroque tant françaises qu’occitanes, espagnoles, allemandes, italiennes, portugaises, etc., toutes éditées séparément, ait à ce jour donné lieu à la publication d’une anthologie de poésie baroque spécifiquement européenne, mettant en évidence malgré la dispersion géographique des poètes l’unité des pratiques poétiques mises en œuvre sur un même « continent », l’Europe, dans un même « siècle », l’âge baroque. L’originalité de l’anthologie européenne pourrait donc être de regrouper des textes poétiques qui tous témoignent de l’émergence triomphante d’une langue nationale (et textes inspirés si souvent de cette émergence et de ce triomphe mêmes), mais dont l’unité stylistique, esthétique, apparaîtrait plus évidente s’ils étaient donnés à lire « d’un seul tenant », en un même volume : une poétique de l’unité du multiple en acte dans une Europe incontestablement tout entière baroque, et plus incontestablement baroque de l’être tout entière. Les premières rencontres de cet atelier couplant ceux de « Traduction » et de « Poésie » auront à se pencher plus avant sur l’opportunité de garder une expression comme « baroque noir », issue de multiples reprises récentes de travaux sur les « vanités » et la crise antihumaniste au tournant du siècle.

C’est déjà dans ce cadre d’un couplage de l’atelier « Traduction » et de l’atelier « Mélancolie » qu’avait été mené à bien un travail de traduction (sélection d’extraits) et d’édition partagé entre plusieurs membres d’EPISTEME, autour de l’Anatomie de la mélancolie de Robert Burton, travail collectif paru depuis chez Gallimard dans la collection Folio Classiques en 2005. Cela vaudrait la peine de réitérer l’expérience dans un autre champ d’application de la traduction et de l’édition, ici l’écriture poétique et l’esthétique du baroque européen.

Contacts :

Anne-Marie Miller-Blaise : miller-blaise.am@wanadoo.fr, Gisèle Venet : gisele.venet@wanadoo.fr

Publicités