Colloques 2012-2013

Colloque international, 21 – 22 juin 2013, “Women and Curiosity in Early Modern England” / “Les femmes et la curiosité dans l’Angleterre de la période moderne”, Université Paris Ouest Nanterre La Défense (CREA, EA370, Quarto) et Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (PRISMES, EA4398, Épistémè/PEARL)

Annonce publiée le : mercredi 8 mai 2013

Colloque international, 21 – 22 juin 2013, “Women and Curiosity in Early Modern England” / “Les femmes et la curiosité dans l’Angleterre de la période moderne”, Université Paris Ouest Nanterre La Défense (CREA, EA370, Quarto) et Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (PRISMES, EA4398, Épistémè/PEARL)

Vendredi 21 juin Université Paris Ouest Nanterre La Défense 200 avenue de la République 92001 Nanterre (RER A, Nanterre-Université) Bâtiment V, Salle V410

9h45 : Accueil des participants.

10h00 : Ouverture, Cornelius Crowley, director of CREA (EA 370), Paris Ouest.

10h15-11h30 : Session 1 – Introducing female curiosity (Chair : N. Kenny)

Sandrine Parageau (Paris Ouest) : “‘She will needs see, and be seen’ : Women as Curiosities and Curiose in Early Modern England”

Sue Wiseman (Birkbeck College, London) : “Gender, Myth and Investigation”

Pause

11h45-13h00 : Session 2 – Forms of female curiosity (Chair : S. Wiseman)

Myriam Marrache-Gouraud (Poitiers) : “Women and their Cabinets of Curiosities in Early Modern France : a Visible Minority ?”

Laura Levine (Tisch School of the Arts, New York University) : “Spectacles of doubt : Curiosity, Certainty and King James”

Déjeuner

14h30-15h45 : Session 3 – Eve and co : Biblical contexts (Chair : A. Dubois-Nayt)

Yan Brailowsky (Paris Ouest) : “From Genesitic Curiosity to Murderous Gynocracy in the Sixteenth Century”

Paul Davis (UCL, London) : “Eve and Curiosity in Milton’s Paradise Lost”

Pause

16h00-17h15 : Session 4 – Curiosity and fiction (Chair : G. Venet)

Aurélie Griffin (Angers) : “Women in Mary Wroth’s Urania : From Objects of Curiosity to Curious Subjects”

Edith Girval (Sorbonne Nouvelle) : “Pandora’s sisters : The Curious Women of Aphra Behn’s Fiction”

Samedi 22 juin Université Sorbonne Nouvelle Centre Censier, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris (Censier-Daubenton) Salle 410

9h30 : Ouverture, Line Cottegnies, Directrice d’Epistémè / PRISMES (EA 4398), Sorbonne Nouvelle

9h30-10h45 : Session 5 – Female Curiosity and Society (Chair : C. Sukic)

Neil Kenny (All Souls’ College, Oxford) : “Curiosity, Women, and the Social Orders”

Joanna Ludwikowska-Leniec (Adam Mickiewicz University, Poznan) : “Protecting Eve’s Daughters : Postmedieval Approaches to Women in Richard Allestree’s The Ladies’ Calling (1673) and Cotton Mather’s Ornaments for the Daughters of Zion (1692)”

Pause

11h00-12h45 : Session 6 – The curious female reader (Chair : S. Parageau)

Laetitia Coussement-Boillot (Paris Diderot) : “ ‘Too Curious a Secrecy’ : Curiousness, Curiosity and Vanity in Lady Mary Wroth’s Urania”

Sarah Hutton (Aberystwyth University, Wales) : “Questions and Curiosity : the Interrogative Anne Conway”

Line Cottegnies (Sorbonne Nouvelle) : “Margaret Cavendish or the Curious Reader”

Déjeuner

Organisatrices : Line Cottegnies (Sorbonne Nouvelle) Sandrine Parageau (Université Paris Ouest)

The multiplication of cabinets of curiosities and the obsession with novelty are evidence of the development of a “culture of curiosity” in the early modern period. While curiosity had long been considered as an intellectual vice, associated with hybris and the original sin, and described by Augustine as “lust of the eyes”, it became a virtue in the 17th century. One of the main reasons for this transformation was the continued efforts of natural philosophers to demonstrate that curiosity was morally acceptable in order to legitimize their scientific endeavour. Francis Bacon and his followers thus insisted on the code of conduct of natural philosophers, the usefulness of the knowledge they were seeking and the discrepancy between their own research and occult sciences. All of them championed the “good curiosity” of the natural philosophers, as opposed to the “bad curiosity” of men and women interested in magic, and in trivial and superficial matters.

If there was indeed a “rehabilitation of curiosity” in the early modern period, did it have any impact on women’s desire for knowledge ? The emergence of women philosophers at the time (Margaret Cavendish, Anne Conway, Lady Ranelagh, Elisabeth of Bohemia, Catherine of Sweden, Damaris Masham, Mary Astell, Catherine Trotter, etc.) may indicate that their curiosity was now considered as legitimate and morally acceptable – or at least that it was tolerated. Yet it has been suggested that the new status of curiosity in the early modern period led instead to an even stronger distrust for women, who were both prone to curiosity and curiosities themselves. The June 2013 conference on “Women and Curiosity” aims at assessing the impact of the alledged “rehabilitation of curiosity” on women in the early modern period, by analysing discourses on women as enquirers and objects of curiosity. Iconographic and fictional representations of curious women and female curiosity might also give an insight into the relations between women and curiosity in the early modern period (for example, Cesare Ripa’s allegory of curiosity as “a huge, wild-haired, winged woman” in Iconologia (1593), or representations of emblematic curious women such as Eve, Dinah, Pandora, etc.). The origins of these discourses and representations, as well as their premises, might also be investigated : to what extent did the condemnation of women’s curiosity reveal a fear of disorder and transgression ? Did it betray male anxiety about female sexuality or about the mystery of birth ? Was it justified by medical interpretations of curiosity, such as a specific humoural condition ? Women’s own conception of curiosity / curiosities in the early modern period might also be of interest, especially as it is rarely studied. The conference on “Women and Curiosity” will thus give us the opportunity to focus on what women themselves wrote about curiosity in their treatises, fictional works, translations, and correspondences. Did women writers consider curiosity as intrinsically female ? How did they react to male discourses on women as enquirers and objects of curiosity ? What representations of curiosity did they give in their texts ?

__________

Colloque international « Curiosité et géographie en Orient et en Occident, XVIe-XVIIIe siècles » (Paris Diderot et Sorbonne Nouvelle)

Annonce publiée le : vendredi 15 février 2013

« Curiosité et géographie en Orient et en Occident, XVIe-XVIIIe siècles »

PRISMES/Epistémè (EA 4398, Sorbonne Nouvelle – Paris 3), LARCA (EA 4214, Paris Diderot – Paris 7) et CRCAO (UMR 8155, Paris Diderot – Paris 7)

Colloque international organisé dans le cadre du programme interdisciplinaire « Littérature pratique et l’imagination des savoirs » de l’Institut des Humanités de Paris

Programme

29 mars 2013 Amphi Turing, bâtiment Sophie Germain, Université Paris Diderot, Site Grands Moulins

9.00 : Accueil des participants

9.15 : Discours de bienvenue

Session 1. Discours et méthodes 9.30-10.00 : Claire Gallien (Université de Montpellier 3), « Sir Thomas Palmer’s Essay on the Meanes How to Make our Trauailes Profitable (1606) : Regulating Curiosity and Ordering the World »

10.00-10.30 : Gérard Colas (CNRS-EHESS), « Curiosité, science et interaction pédagogique : la mission française jésuite et la mission piétiste de Halle en Inde du sud au XVIIIe siècle »

Discussion

11.00-11.30 : Pause-café

11.30-12.00 : Stéphane Van Damme (IEP de Paris), « Subversive Curiosity : Orientalizing Libertinism and Moral Geography »

Discussion

12.15-14.00 : Déjeuner

Session 2. Du savoir au pouvoir 14.00-14.30 : Dejanireh Couto (EPHE), « Curiosités géographiques et missions jésuites en Asie du Sud-est dans la première moitié du XVIIe siècle : La Descripsão do Reyno dos Laos, e dos circumvizinhos a ella »

14.30-15.00 : Angelo Cattaneo (New University of Lisbon), « The Emplacement of Japan on the Map of the World during the Nanban Century by Japanese painters and cartographers (c. 1549 – c. 1647) »

Discussion

15.30-16.00 : Pause-café

16.00-16.30 : Corinne Lefèvre (CNRS-EHESS), « Curiosité et pouvoir : les collections de l’empereur moghol Jahangir (reg. 1605-1627) »

16.30-17.00 : Catherine Jami (CNRS-Université Paris Diderot), « La curiosité géographique d’un empereur : le Jixia Gewu Bian de Kangxi (reg. 1662-1722) »

Discussion

17.30 : Fin de la première journée

30 mars 2013 Maison de la Recherche, Université de Paris 3, 5 rue des Irlandais, 75005 Paris

Session 3. La logique des classements 9.30-10.00 : Andreas Motsch (Université de Toronto), « Le ginseng d’Amérique : un lien entre les deux Indes, entre curiosité et science »

10.00-10.30 : Myriam Marrache-Gouraud (Université de Poitiers), « L’Orient « systématique et raisonné » : l’exemple du cabinet parisien de Pedro Davila (1767) »

Discussion

11.00-11.30 : Pause-café

11.30-12.00 : Céline Trautmann-Waller (Université de Paris 3), « Le Musée académique de Göttingen et ses collections extra-européennes, de la curiosité aux Lumières »

Discussion

12.15-14.00 : Déjeuner

Session 4. Hybridation artistique et désir de l’autre 14.00-14.30 : Anne-Valérie Dulac (Université de Paris 13), « ‘[F]or Curiositye rare’ : Miniatures between East and West »

14.30-15.00 : Edith Girval (Université de Paris 3), « La belle étrangère des jardins : l’imaginaire de la tulipe au XVIIe siècle »

Discussion

15.30-16.00 : Pause-café

16.00-16h30 : Sébastien Galland (CPGE-Université de Montpellier 3), « Curiositas universalis. Enjeux et significations du style Namban byôbu »

16.30-17.00 : Florence D’Souza (Université de Lille 3), « William Hodges’s Geographical Curiosity in India (1780-1783) »

Discussion et conclusions

17.30 : Fin du colloque

Argumentaire

Ce colloque est consacré à un moment historique où une culture de curiosité mutuelle se met en place entre l’Europe et l’Asie, sous l’impulsion des grands voyages qui multiplient les opportunités d’échanges de biens et de savoirs. C’est aussi l’époque où sont établis les comptoirs européens en Orient et où se développe l’activité des missionnaires chrétiens en Asie, facteurs décisifs dans les échanges entre Est et Ouest.

En Europe, cette culture de la curiosité est au premier chef médiée par les cabinets et les collections éclectiques, parfois à l’origine de musées et de bibliothèques spécialisées. Qualifiés de ‘rares’, de ‘singuliers’ ou de ‘choisis’, les mirabilia et les exotica qui composent de telles collections réifient le savoir en donnant aux objets qu’elles exposent une valeur marchande et en les transformant en instruments de prestige intellectuel et social pour une élite auto-proclamée de virtuosi. Parcellaire et hétéroclite, la culture de la curiosité européenne s’accompagne aussi d’un discours caractéristique, à l’œuvre dans des récits de voyage qui prennent la forme de catalogues et d’inventaires de curiosités rencontrées et classés selon une sensibilité personnelle, à la manière d’objets dans un cabinet de merveilles.

Au même moment en Asie, les contacts amorcés avec des contrées lointaines et leurs habitants suscitent très souvent un étonnement et une curiosité qui se manifestent par des représentations artistiques et un engouement pour certains objets emblématiques (lunettes, horloges, etc.). Cette culture de la curiosité accompagne et encourage parfois une approche plus savante de la civilisation occidentale, reposant sur la traduction de livres de science et l’utilisation d’instruments de précision.

C’est à cette culture de la curiosité, telle qu’elle est popularisée par les collections, les traductions, les récits de voyage, les catalogues de merveilles lointaines, etc. que s’intéresse ce colloque, avant que la curiosité n’en vienne à prendre une connotation péjorative en Occident (avec la montée de l’encyclopédisme au XVIIIème siècle, l’institutionnalisation progressive de l’orientalisme et une normalisation des goûts qui valorise le ‘connaisseur’ plutôt que le ‘curieux’), et que l’hostilité et le rejet vis-à-vis de l’Occidental ne la remplacent dans la plupart des pays d’Asie.

Organisation

Line Cottegnies (PRISMES/Epistémè, Université Sorbonne Nouvelle) : line.cottegnies@univ-paris3.fr

Annick Horiuchi (CRCAO, Paris Diderot – Paris 7) : horiuchi@univ-paris-diderot.fr

Ladan Niayesh (LARCA, Paris Diderot – Paris 7) : niayesh@univ-paris-diderot.fr

_______