COLL: ANR Renaissances d’Horace, « Chacun son Horace », 11-13 juin 2015, Paris 3

Colloque international, soutenu par Epistémè-PEARL, partenaire de l’ANR Renaissances d’Horace

Salle Las Vergnas

Université de la Sorbonne nouvelle-Paris 3

Centre Censier 13, rue de Santeuil – Paris

Organisation : Nathalie Dauvois, Michel Jourde et Jean-Charles Monferran

La réception des auteurs classiques est toujours multiple. Elle donne lieu à des lectures diversifiées et à des usages distincts. Cette pluralité des lectures vaut peut-être plus encore pour Horace, qui aime à cultiver l’ambiguïté sinon la contradiction et qui est sensible, comme poète et comme théoricien, à la variété et à la différence. Selon les générations, les milieux, les options poétiques, les types de support consultés, on ne lira pas le même Horace. Ainsi, dans les débats français des années 1549-1550 autour de la nouvelle poésie de la Brigade, les acteurs du conflit se réclament tous ouvertement de lui, mais ne pensent souvent pas aux mêmes textes et, quand c’est le cas, n’allèguent pas les mêmes passages. Chacun des partis a « son » Horace, lyrique ou satirique, grave ou comique, chantre de la propriété ou du langage figuré, pourvoyeur de concepts ou bien de modèles d’écriture.

L’idée de départ de ce colloque, qui a aussi vocation à clore les quatre années du projet ANR consacré à la réception d’Horace à l’âge moderne, est que l’on peut étendre à d’autres générations et d’autres moments-clés de l’histoire littéraire et éditoriale ce type d’analyse.

Nous nous demanderons dans quelle mesure la lecture d’Horace, les commentaires, les choix éditoriaux et les imitations qu’elle suscite cristallisent quelques débats essentiels de l’histoire littéraire en France et en Europe au début de l’époque moderne (XVIe-XVIIe s.). Les communications pourront privilégier soit des vues d’ensemble, soit des études de détail visant à montrer comment une formule horatienne a pu donner lieu, selon les milieux et les contextes, à des interprétations différentes, sinon opposées.

Comité scientifique

François Cornilliat (Rutgers)

Pascal Debailly (Paris-Diderot)

Perrine Galand (EPHE)

Virginie Leroux (Reims)

Michel Magnien (Sorbonne nouvelle)

Hélène Merlin-Kajman (Sorbonne nouvelle)

Publicités